Posts à l'affiche

Reconversion : Le jeune entrepreneur en maçonnerie devient luthier

November 7, 2016

Article du journaliste Jean-Pierre GAUCHEREL paru dans OUEST FRANCE du 19/10/2016 et sur leur site web

 

Joachim Robert a troqué le ciment pour le bois. À Rezé, près de Nantes, il a choisi de faire de sa passion, la lutherie, sa profession. Portrait.

 

" Le contraire du bâtiment "
 

« La lutherie, c'est mon destin ! » Maçon de formation, à la tête d'une entreprise florissante, Joachim Robert a négocié un grand virage pour devenir luthier. Ce jeune homme joue de la guitare depuis l'adolescence. Il a pris des cours, mais c'est surtout en autodidacte qu'il a cultivé son sens musical.

 

Un jour, un copain lui dit : « Toi qui es bricoleur, tu devrais fabriquer tes instruments ! » Et le copain, qui sait que sans aide on risque de se retrouver avec une casserole dans les mains, lui donne l'adresse d'un luthier, à Fontevrault (Maine-et-Loire).

 

L'artisan en principe ne prend plus de stagiaire, mais fait une exception pour Joachim Robert qui passe « deux mois magnifiques » dans l'atelier de Franck Huber. « C'était le contraire du bâtiment, j'apprenais à faire de la dentelle ! »

 

Savoir choisir et lire le bois
 

Les choses auraient pu en rester là, mais Franck Huber décède. Sa fille Camille veut transmettre l'activité paternelle à quelqu'un de passionné. Son père lui a parlé de Joachim qui rachète l'atelier et le stock pour une somme symbolique. « Après deux ou trois ans d'incertitude, je décide de faire une formation et j'entre à l'Institut technologique européen des métiers de la musique (Itemm) au Mans. »

 

Mille fois sur l'établi, il faut remettre l'ouvrage pour obtenir le geste parfait qui permet de fabriquer des instruments avec le meilleur son possible. Pour être luthier spécialisé dans les instruments anciens à cordes frappées (guitare, mandoline, bouzouki, viole, oud, etc.), il faut être patient, minutieux, savoir choisir et lire le bois (l'épicéa français produit l'une des meilleures résonances du monde), utiliser des outils très spécifiques, avoir des talents de sculpteur et de peintre et, bien sûr, une oreille très fine. C'est un métier d'art qui mérite son appellation, mais qui ne permet pas toujours de tirer des profits importants.

 

Un atelier en vue
 

Joachim Robert a néanmoins décidé d'ouvrir son atelier en faisant appel à un financement participatif le site lepotcommun.fr et en puisant dans ses économies. Il a construit un atelier « calme et lumineux » dans le jardin de ses parents. Il devrait ouvrir dans les semaines qui viennent, quand auront été levés les derniers des nombreux obstacles administratifs.

 

Joachim Robert va fabriquer des instruments, proposer des stages de formation et des animations pour découvrir la facture instrumentale.

Please reload

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts Récents

November 1, 2017

January 23, 2017

November 5, 2016

October 27, 2016

Please reload

© 2017 Par J.Robert-Thiberge

lutherie / luthier / mandoline / bouzouki / guitare / cistre / ukulélé / romatique / baroque / parlor / acoustique / stage / initiation / réparation

  • w-facebook