Posts à l'affiche

Rezé. Le luthier veut partager son art

Joachim Robert-Thiberge ouvre son atelier de lutherie d’instruments à cordes pincées, guitare, mandoline, bouzouki, etc,

Ce passionné a commencé sa carrière professionnelle par la maçonnerie, avant de poser les mains sur du bois et d’en faire naître des instruments uniques.

Son parcours atypique s’enrichit au fil des ans d’une formation à l’Itemm (Institut technologique européen des métiers de la musique) du Mans, de rencontres avec Franck Huber, luthier qui le forme et le forge.

De la maçonnerie à l’art de la lutherie, un virage très bien négocié

Alors, quoi de plus naturel que de s’installer dans l’ancienne forge Soulas, bien connue du quartier. « La famille tenait à ce que ce lieu reste artisanal, c’est chose faite ! De mon activité, que je réalisais jusqu’alors dans le garage de mes parents, s’ajoute celle de formateur. Je reçois les stagiaires dans cet endroit plus spacieux », relate le luthier, qui initie à la fabrication d’instruments traditionnels et folkloriques, faisant partie du réseau association professionnelle des luthiers en guitare et cordes pincées.

Tout est fait main ou presque, de bois locaux aux vernis maison manipulables sans masque. Entièrement fabriqués, retapés ou inventés, les instruments sont façonnés tels des sculptures au plus près du désir de chaque musicien.

« Il faut chercher, faire sans cesse et rester insatisfait pour progresser, c’est ce qui me plaît dans ce métier. Les mains, les yeux travaillent. On apprend la finesse et la flexibilité du bois. Il faut se faire confiance », confie Joachim. Le trentenaire aime créer des instruments hybrides tels un cistre-harpe.

Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Posts Récents

© 2017 Par J.Robert-Thiberge

lutherie / luthier / mandoline / bouzouki / guitare / cistre / ukulélé / romatique / baroque / parlor / acoustique / stage / initiation / réparation

  • w-facebook